“Monozukuri”: Pourquoi ne pas parler français ?

“Monozukuri”: Pourquoi ne pas parler français ?

Cher Gemba Coach, Pourquoi vous obstinez-vous à utiliser des termes japonais déroutants tels « monozukuri » ou « hitozukuri » plutôt que du français normal ? N’est-ce pas ce que font les professionnels quand ils veulent embrouiller leurs clients ?

Embrouiller? Comme vous y allez! Mais c’est compréhensible, et ma réponse ne vous plaira probablement pas. Mais je n’écris pas pour convaincre les gens d’adopter le Lean – d’autres font cela bien mieux que moi. J’écris pour ceux qui ont déjà adopté le Lean et veulent le faire bien. Et la difficulté est ici de comprendre ce que Toyota a fait et continue de faire différemment. Je ne me préoccupe pas de ce que nous pensons déjà savoir sur le Lean.

Allons poursuivre cette conversation sur le Gemba.

Nous sommes en train de visiter le showroom des produits d’une entreprise qui vend des machines agricoles. Les responsables Lean de l’entreprise nous montrent une Obeya séduisante qu’ils ont installée pour les équipes commerciales. On y trouve tous les éléments de gestion de la performance : • Des objectifs quotidiens clairs • Du suivi de problèmes et des plans d’actions • Des indicateurs qui reflètent la performance passée • Un suivi des problèmes administratifs Dans cette Obeya l’équipe de commerciaux tient chaque jour une réunion de cinq minutes pour organiser la journée : suivi des prospects, relation client, etc… derrière le « etc… » se cache bien évidemment le Muda – pardon, le gaspillage– qui consiste à appeler les clients pour leur expliquer que l’équipement qu’ils ont commandé ne sera pas à l’heure, à traiter des dossiers incomplets qui n’ont pas été validés par la direction commerciale, et autres joyeusetés du même acabit.

Vous avez dit Lean ? Puis vous demandez à voir le Kaizen. Silence embarrassé. Ou bien vous demandez quelle est la différence entre une bonne et une mauvaise vente. Silence déconcerté – une vente, c’est une vente, non?

Lire la suite

Post A Comment