Le Lean n’est-il pas qu’une question de culture ?

Le Lean n’est-il pas qu’une question de culture ?

Vingt-quatre ans de Lean, et la question ressurgit périodiquement.

Toyota n’est-elle pas une entreprise japonaise ? Le Lean n’est-il pas adapté à la culture japonaise ? Pas la peine de le nier, les gens sur le Gemba ont du mal avec les mots japonais tels Gemba, Kaizen, et le terrible Heijunka. Mais ça va mieux avec Karaoke, Manga ou Kimono… Les mots diffusent dans les langues quand ils ont une signification qui ne préexiste pas dans la langue d’accueil.

Le lean : une approche globale :

De manière surprenante, le Lean est probablement la première approche managériale qui soit réellement globale. Et pas au sens où la démarche a été utilisée par des chefs d’entreprises américaines pour asseoir leur domination sur le monde (comme dans les expériences Taylor-Ford-Sloan-Welch), mais plutôt qui s’est construite par des contributions venant d’horizons divers :

Sakichi Toyoda, inventeur des premiers métiers à tisser Toyoda, né à l’époque des samouraïs, était allé trois fois aux US. La majeure partie de la mise de fonds initiale pour le constructeur automobile Toyota est issue d’un brevet de métier à tisser vendu à un fabricant britannique.

Le juste-à-temps a été théorisé par Kiishiro Toyoda dans son premier texte en anglais expliquant l’idée de fabriquer « ce qu’il faut, au moment où il le faut, dans la quantité qu’il faut » (en fait, il voulait certainement dire juste à l’heure).

L’idée du programme de suggestions a été ramenée d’une série de visites des usines Ford par Eiji Toyoda qui, comme il l’a admis, n’avait pas bien compris les méthodes de maîtrise statistique de la qualité qu’on lui avait enseignées (les premiers avatars du 6 Sigma dans les années 50), mais avait rapporté de chez Ford un flyer expliquant le système de suggestions de Ford (alors que Ford était sur le point de l’abandonner). C’est de là qu’est issu le terme “good thinking, good products.”

Le Takt Time est un concept hérité des ingénieurs aéronautiques japonais formés par les ingénieurs allemands durant la deuxième guerre mondiale, dans l’usine Mitsubishi’s Nagoya Aircraft Works.

Des photos prises dans un supermarché américain ont inspiré Taiichi Ohno dans ses réflexions sur le kanban

Le composant le plus emblématique de la diffusion de la culture occidentale dans la genèse de la pensée Lean chez Toyota est la volonté délibérée d’atteindre un état d’esprit d’expérimentation scientifique rigoureuse.

Lire la suite

Publier un commentaire