Parler aux pièces

Parler aux pièces

Parler aux pièces

Cher Gemba Coach,
Mon Sensei est devenu fou : il parle à nos pièces. Dans l’atelier, tout le monde le regarde bizarrement. Que devrais-je faire ?

C’est très drôle! Mon père me racontait que son Sensei avait l’habitude de dire : « Ne pensez pas avec votre tête, mais avec vos pieds. Ne regardez pas avec vos yeux, mais avec vos mains. Ne
demandez pas à la personne, mais aux pièces. » J’ai toujours trouvé cela ridicule, mais un jour, j’ai lu The Life Changing Magic Of Tidying, de Marie Kondo. Quelqu’un m’avait recommandé cet ouvrage comme une interprétation bizarre du « 5S ».
Au début, ce livre m’a fait rire – manipuler des vêtements pour voir s’ils rayonnent de gaieté ? Les remercier avant de les jeter ? Sérieusement ? Mais ça m’a fait réfléchir. Peut-être… Peut-être que c’était moi qui loupais quelque chose. C’est à ce moment-là que le conseil du Sensei de mon père m’est revenu à l’esprit et je me suis dit « Au diable ! » et j’ai essayé…

J’ai parlé aux pièces.
Et tout le monde m’a regardé bizarrement.

Mais, bon sang, qu’est-ce que les pièces étaient bavardes! Votre Sensei n’est pas devenu fou, ni sénile. Il ou elle essaie d’ouvrir votre esprit pour vous apprendre à voir.

Des pourparlers avec les pièces

Je suis souvent étonné de voir à quel point le japonais est une langue d’énergie. Les Japonais parlent de la vigueur de l’entreprise, de la vitalité des équipes, de l’énergie des personnes. Je connais un Sensei qui exorcise le muda après des kaizens réussis. Au début, j’ai rejeté tout cela comme étant culturel. Après tout, les mentalités japonaises sont enracinées dans le shintoïsme, où les kamis, les esprits, sont cachés dans les objets, les paysages, les forces de la nature et les manifestations de l’énergie interconnectée de l’univers et tout ce tintouin.
Puis, j’ai parlé aux pièces. Et je continue de le faire.

Pour que cette activité s’inscrive dans mon esprit cartésien occidental, j’utilise le mot « intention » en lieu et place de « énergie ». Quand je parle à une pièce dans une boîte, je peux mieux discerner :
• L’intention de la personne qui l’utilisera un jour ;
• L’intention de la personne qui l’a mise là et l’y a laissée ;
• L’intention de la personne qui l’a achetée
• L’intention de la personne qui l’a conçue ;
• L’intention de la personne qui l’a fabriquée.

Lire la suite dans le PDF

Traduit de l’américain par Nicolas Villemain, Marc-Antoine Guichard et François Lopez
Source https://www.lean.org/balle/DisplayObject.cfm?o=4871

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les données collectées par ce formulaire vous permettent de déposer un commentaire sur cet article.
Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.