Lean et psychologie du changement

Lean et psychologie du changement

Lean et psychologie du changement

Cher Gemba Coach,
Avez-vous une psychologie du changement ? Si oui, quelle est-elle? Par quoi devrions-nous commencer ? 

Merci pour cette question passionnante. Oui effectivement, lors de mes Gemba Walk je me moque pas mal de ceux qui ont une théorie pour chaque système technique, mais aucune théorie claire sur ce qui fait vibrer les gens – alors que les gens sont la principale ressource des managers (je déteste ce mot, mais vous savez ce que je veux dire. Une richesse, vraiment).
Par où commencer? Pourquoi quelqu’un accepterait-il de changer – ce qui est spécialement difficile – et plus que ça, pourquoi changerait-il dans la direction que vous souhaiteriez qu’il prenne ?
Tout d’abord, pouvons-nous accepter que les humains ne puissent s’empêcher d’attribuer des causes à des événements, qu’ils classent en général soit dans la catégorie des succès (je veux que cela
continue) soit dans celle des échecs (je préférerais éviter cela à l’avenir). Il y a donc un biais intrinsèque qui nous incite à attribuer les succès à nos propres actions et les échecs à quelque chose
d’extérieur qui est arrivé quelque part (on voit même parfois des comportements pathologiques sur le sujet). Nous trouvons donc incroyablement difficile d’accepter que la plupart des événements
comportent une énorme part de pure chance – nous avons besoin de causes.

Dans l’ensemble, le point de départ est que nous avons tous tendance à ne pas vouloir changer nos habitudes, en espérant que les résultats finiront par changer dans le sens que nous souhaitons.
Comme l’univers coopère rarement, nous faisons face occasionnellement au besoin de changer. Beaucoup de théories sur le changement opérationnel semblent reposer sur l’hypothèse que les gens
vont faire un lien rationnel entre une habitude et un résultat, dire haut et fort leur désir d’obtenir un résultat différent, et ensuite décider de changer leurs habitudes dans le but d’atteindre ce résultat. Cela marche dans des cas simples, comme décider que je suis en surpoids, de commencer à changer mes habitudes alimentaires en arrêtant de grignoter (essayez d’arrêter de grignoter si vous êtes un écrivain – c’est l’enfer car le cerveau consomme beaucoup de sucre lorsque vous écrivez), et ensuite s’astreindre à un régime plus équilibré, plus d’exercices, et perdre du poids. Ce serait un changement rationnel.

Lire la suite dans le PDF

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les données collectées par ce formulaire vous permettent de déposer un commentaire sur cet article.
Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.