Juste à temps et gestion des stocks

Juste à temps et gestion des stocks

Juste à temps et gestion des stocks

Cher Gemba Coach,

Nous voilà en 2019. N’existe-t-il pas de nos jours un meilleur moyen de gérer nos stocks que le juste-à-temps ?

Probablement. Le Juste-à-Temps n’est pas un système de gestion des stocks. Il s’agit d’un système de gestions des relations qui utilise les stocks comme pierre angulaire. Souvenez-vous des vieux films Star Trek (c’est amusant de songer à de la science-fiction au passé). Ils utilisaient des synthétiseurs : vous appuyiez sur un bouton et la tasse de thé se matérialisait sous vos yeux.

Cela étant dit, il y a toujours un temps de traversée. C’est presque instantané, mais pas vraiment (pour être honnête, cela gâcherait le bel effet visuel). Il y a toujours un temps de traversée. Ce temps de traversée est composé de 1/ valeur ajoutée et 2/ attente. Du point de vue du composant, chaque processus est comparable à l’armée : de l’ennui ponctué par des instants d’action rapide.

Les stocks ne devraient pas être gérés. Ils devraient être complètement éliminés. Mais bien-sûr, il y a un truc. Songez à cette chronique. Si je n’avais absolument aucun stock, et que je ne commençais à écrire que lorsque mon éditeur me le demandait, il aurait à attendre que j’écrive quelque chose – Je ne sais pas encore écrire aussi vite que le « synthétiseur de Star Trek ».

Cependant, si j’ai un article prêt à temps, je peux l’envoyer en répondant à l’e-mail. Un temps de traversée plus court.

Une entreprise qui vend des voitures à partir d’un site web a appris le Juste-à-Temps, sa ponctualité est passée de 50 à 80 %, et le temps d’attente des clients a été réduit (l’irritant principal pour les clients) de deux à une semaine, ce qui était bien mieux que la concurrence. Ils n’ont pas géré les stocks – ils ont tiré la valeur.

Pensez «  Construction d’une Relation », pas «  Contrôle »

D’abord, les points de ventes ont visualisé leur parking afin de voir quelle voiture allait où (ou attendait là). Puis, ils ont appris à communiquer de manière plus précise avec la logistique centrale du siège pour déterminer quelles voitures devaient être livrées le lendemain – et uniquement le lendemain. La logistique a ensuite fait la même chose avec les dépôts pour s’assurer que les bonnes voitures se trouvaient sur les bons camions. Ils ont aussi commencé à donner aux camions des rendez-vous précis et les ont contactés régulièrement pour voir leur avancement.

Téléchargez le PDF pour lire la suite.

Traduit de l’américain par Nicolas Villemain, Marc-Antoine Guichard et François Lopez

Source : https://www.lean.org/balle/DisplayObject.cfm?o=5029

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les données collectées par ce formulaire vous permettent de déposer un commentaire sur cet article.
Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.