Faible volume, grande variété

Faible volume, grande variété

Faible volume, grande variété

Cher Gemba Coach,
Je dirige une usine qui fabrique des produits hautement techniques et à faible volume. Que dois-je faire différemment de ceux qui ont des gros volumes pour mettre en place les concepts du Lean Management ?

Pour être honnête, vous êtes en train de décrire une ligne de Toyota au Japon : chaque voiture est un modèle différent et hautement technique.

La clé réside dans la façon dont l’ingénierie et la production sont utilisées ensemble comme une chaîne de valeur pour créer de meilleurs produits en impliquant davantage les personnes.

On a l’impression de “production de masse” quand on n’est pas capable de voir la différence d’une voiture à une autre. Le but tout entier du Lean était d’adapter la production à l’idéal “vendre un, fabriquer un”.

Il faut prendre le problème dans l’autre sens. L’autre jour, j’ai visité une usine qui fabrique des appareils électroniques de haute technologie pour des clients B2B. Elle avait tous les attributs d’une
usine “Lean” – avec des tableaux d’analyse de la production, des tableaux Kanban, des trains livrant les matériaux, etc. Mais en y regardant de plus près, nous avons pu voir que chaque îlot était dédié à un type de produit, et en effet, de nombreux îlots étaient fermés par manque de demande, les cartes Kanban étaient des instructions de production par lots et en fait, pas des cartes Kanbans. D’autre part, les tableaux d’analyse de la production avaient été mis en place pour contrôler la productivité sans impliquer les gens dans la résolution de problèmes (et bien sûr, aucun commentaires des opérateurs).
Cela dit, comme vous pouvez l’imaginer, ils n’étaient pas contents quand j’ai souligné cela – mais ce qui est intéressant, c’est qu’ils n’avaient vraiment aucune idée de ce qui me faisait râler. Ils
étaient tellement imprégnés de la mentalité de fabrication de masse de “un îlot = un produit”, et des coûts calculés sur la base d’hypothèses de ventes déraisonnables, qu’ils ne pouvaient tout
simplement pas voir cette même mentalité de production de masse, pas plus que nous ne réalisons que nous respirons de l’air lorsque nous inspirons.

Lire la suite dans le PDF

 

Traduit de l’américain par Nicolas Villemain, Marc-Antoine Guichard et François Lopez
Source : https://www.lean.org/balle/DisplayObject.cfm?o=4907

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les données collectées par ce formulaire vous permettent de déposer un commentaire sur cet article.
Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.