Lean et “Théorie des Contraintes”

Lean et “Théorie des Contraintes”

Lean et “Théorie des Contraintes”

Cher Gemba Coach,

On voit apparaître au sein du mouvement DevOps – la combinaison des pratiques Agiles, Lean et du management des services informatiques – une nouveauté qui a un impact important. C’est la “Théorie des contraintes”, selon Eliyahu Goldratt. Nombreux sont ceux qui pensent que combiner la pensée de Ohno et de Goldratt peut apporter bien plus de bénéfices et bien plus rapidement que chacune des démarches prise séparément. Avez-vous une opinion sur les avantages et inconvénients du Lean et de la TOC, et sur l’opportunité de les fusionner ?

Pourquoi les fusionner ? Ces types de démarches sont plus puissantes prises séparément. Même si essayer de fusionner des approches puissantes peut parfois aboutir à quelque-chose de nouveau et d’original, ce que l’on obtient en général est insipide et inintéressant. Cette question est toutefois intéressante – et difficile – sur plusieurs aspects.

Premièrement, mener ce genre de réflexion amène surtout à définir une orientation sur une mise en perspective. Une fois qu’une personne a acquis cette perspective sur un sujet, son raisonnement suit une ligne logique, mais pas forcément très originale. La réalité est rarement conforme à ce que nous imaginions. Si vous voulez avoir des idées originales, il vous faut entretenir des perspectives différentes sur les choses. Cela n’est pas aisé car notre esprit a un besoin parfois fort de cohérence ou d’absolu – et c’est probablement en fait la source de votre question.

Si vous souhaitez conserver un état d’esprit ouvert dans vos réflexions, vous devez d’abord maîtriser des approches différentes sans chercher à les mettre en cohérence.

La “Théorie des contraintes”  va vous montrer certaines choses, le Lean d’autres.

Les idées nouvelles germeront de l’application de l’une ou de l’autre théorie à une situation particulière, pas en les fusionnant. J’aime beaucoup la photo ci-dessous de l’un de mes Senseïs, Joe Lee, à Taiwan, qui nous rappelle qu’alors que nous pensons maîtriser un éléphant, nous n’en appréhendons en fait qu’une toute petite partie.

Lire la suite

Post A Comment