Lean Leadership

leadership

Les 5 formes du Lean

publié par Michael Ballé sur son blog Lead with Lean

 

On vient souvent nous demander : quelles sont les 5 étapes du Lean pour qu’on puisse démarrer quelque chose tout de suite, sans attendre de cumuler les trente-ans-requis-pour-faire-un-vrai-sensei shebang ?
Nous continuons à répondre : il n’y a pas “5 étapes”, le Lean est organique, pas mécanique. Pas très satisfaisant.

J’ai discuté de ceci avec mon Sensei de Taipei, Joe Lee. Si cela doit être organique, quelles sont les 5 formes essentielles du Lean, comme dans le Tai Chi – les formes que l’on pratique tous les jours pour devenir meilleur en réflexion Lean ? Voici ce qu’il m’a répondu :

1.Valeur pour le client

Qu’est-ce que les clients cherchent dans nos produits ou services, qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs et qu’ils veulent vraiment avoir ? Quelles contraintes pouvons-nous sortir de notre offre pour que les clients aient ce qu’ils veulent sans être gênés par des problèmes d’usage ou des coûts d’accès trop importants ? Comment pouvons-nous réduire l’impact environnemental de nos produits et services?

2.Travail plus aisé

Quelles mesures concrètes pouvons-nous mettre en œuvre pour que le travail soit plus aisé, plus fluide, que les acteurs au quotidien le réussissent plus facilement? Comment pouvons-nous mieux impliquer les personnes qui font ce travail dans la résolution de leurs propres problèmes et la conception d’un environnement de travail qu’ils trouveront plus facile et plus fructueux ?

3.Environnement de travail visuel

Quelles astuces visuelles pouvons-nous apprendre à maîtriser pour créer des conditions de Juste-à-Temps et de Jidoka sur l’environnement de travail de manière à ce que chaque personne travaillant dans cet environnement comprenne intuitivement ce qu’est une bonne performance, comment le flux fonctionne et quel problème justifie qu’on arrête tout, qu’on demande de l’aide et qu’on le fixe, avant de reprendre son activité?

4.Relations de travail réflexives

Que pouvons-nous faire maintenant pour creuser chaque relation de travail, en comprenant les problèmes et difficultés de chacun, en expérimentant ensemble et en réfléchissant ensemble sur ce qu’il en sort, et sur le moyen de trouver des solutions qui soient gagnant-gagnant et plus efficaces ?

5.En sachant prendre du recul

Quelle question clé ou irrévérencieuse peut-on poser pour regarder les choses différemment et nous souvenir que la partie de l’éléphant que nous voyons sous nos yeux n’est justement qu’une partie de l’éléphant ? Comment nous assurer que nous allons continuer à aller voir les choses dans le plus grand détail technique possible? Et que nous serons ensuite capables de reprendre de la hauteur pour voir l’ensemble d’encore plus haut? Comment les nouvelles technologies et les nouvelles façons de penser changent-elles tout ce que nous pensions avoir compris ?

Comme avec le Tai Chi, nous pratiquons quotidiennement ces formes de base, et, en le faisant, nous découvrons de nouveaux angles de vue, de nouvelles idées, de meilleures façons de faire et des amis plus sincères. Il s’avère alors que le travail peut être à la fois plein de sens et de plaisir, car nous découvrons tous les jours comment apporter quelque chose d’utile à la société, en générant moins de gaspillages, en préservant ses ressources – tout en gagnant de l’argent!

Le Lean ne s’acquiert pas en 5 étapes, pas plus que la science : ce sont des méthodes d’exploration, pas des systèmes de croyances.

La solution Lean est inconnue au point de départ, tout comme la prochaine découverte scientifique est cachée derrière l’horizon. Nous savons où regarder, nous savons comment regarder, mais nous ne savons pas ce que nous trouverons. C’est excitant! Pas de 5 étapes, mais peut-être 5 formes à pratiquer au quotidien: expérimenter et réfléchir, expérimenter et réfléchir !

Traduction : C. Chabiron

Vous souhaitez nous contacter ? Ecrivez à info@leanfrance.fr

Michael Balle

argent cashLean et ROI

Quel est le retour sur investissement du Lean ? Tout partisan du Lean ayant eu un chef sceptique a été confronté au moins une fois à cette question. Cet article de référence explique que le Lean peut nous aider à obtenir un retour sur investissement élevé, pour autant qu’il soit considéré comme une stratégie globale et non comme une simple tactique.

Lisez l’article de Orest Fiume, avec Michael Ballé, Dan Jones et Jacques Chaize. Traduction par Marc Gilson d’un article publié sur Planet-Lean.com le 8 décembre 2015